REALISER SON BOOK PHOTO

Le Book-Photo
Le book-photo ou appelé portfolio est un outil indispensable pour devenir mannequin et travailler dans le mannequinat, c’est un livre ou un album rassemblant les meilleures photographies d’un mannequin. Faire un book sert à montrer l’étendue du talent et à déterminer le caractère photogénique du modèle-photo.

LES DIFFERENTS TYPES DE BOOK-PHOTO

Le book "starter"

C’est le book-photo qui consacre les premiers pas d’un aspirant modèle photo pour devenir mannequin. Le jeune mannequin se doit d’établir de premiers contacts professionnels. A ce titre, le book « starter » ne peut pas servir à illustrer une expérience mais à rendre visible un talent, un potentiel qui est encore parfois un peu brut. Pour cette raison, le maquillage se doit d’être discret et les tenues sobres afin de mettre en avant les caractéristiques physiques du mannequin et sa photogénie et donner aux photos un caractère plus descriptif qu’artistique.

Lorsque je travaille à la réalisation d’un book « starter », je veille à mettre mon modèle photo à l’aise afin qu’il puisse exprimer son potentiel tout en lui imposant une certaine rigueur afin qu’il puisse tester lui-même ses prédispositions et sa motivation quant à son choix de devenir mannequin. Notre but commun est de produire des photos professionnelles, dans des formats qui sauront séduire les agents.

Le book "test"

Le « book test » est réalisé à la demande des agences de mannequin par un photographe professionnel, un photographe de mode. Il a pour objectif, d’une part, d’évaluer, en situation réelle (en studio-photo ou en extérieur), un mannequin nouvellement recruté et d’autre part, de fournir à l’agence une série de clichés qu’elle pourra présenter à ses clients afin de faire la promotion de ce modèle ou l’envoyer à des castings mannequin.

L’enjeu est vraiment de cerner le plus précisément possible le potentiel du nouveau mannequin. Le « book test » s’attache ainsi à explorer, en plusieurs sessions et avec différents photographes, toutes les facettes de sa personnalité et plus le modèle montrera une grande capacité d’adaptation, meilleure sera sa quote au sein de l’agence.
Les photographes auxquels les agences font appel pour réaliser un « book test » sont, pour cette raison, souvent très expérimentés et parfois même assez réputés, ce sont souvent de jeunes photographes de mode. En effet, ils doivent être capables de faire ressortir tout le potentiel du jeune mannequin sans parasiter les images par une trop grande créativité personnelle. Parallèlement, travailler avec un photographe professionnel reconnu, une maquilleuse et pourquoi une styliste est aussi un moyen efficace de donner du crédit à un jeune modèle.

En ce qui concerne le rendu des photos, le mannequin doit avoir l’air le plus naturel possible afin qu’on puisse évaluer sa photogénie. Son teint doit être frais, sans le secours de maquillage trop voyant donc plutôt naturel et il doit incarner, en toute simplicité, une véritable personnalité.

Le book-photo, press-book ou portfolio du professionnel

Le book-photo est, par essence, l’instrument de travail d’un mannequin qui possède déjà une certaine expérience de son métier. C’est une collection de photos qui égrène ses meilleures images, qu’elles soient issues de tests ou de parutions. Il sert de référence mais aussi de gage concernant la crédibilité et le professionnalisme de son possesseur.

Chaque photo y est donc différente de celle qui la précède et de celle qui la suit : des univers différents, des photographes différents et des tenues différentes. Pour cette raison, certains mannequins peuvent posséder différents books-photos afin de toujours présenter les images les plus adaptées au casting auquel ils se présentent (par exemple, mode, lingerie et visage). Il faut aussi penser à posséder des doubles des photos qui constituent un book car on peut être amené à en laisser une copie à un recruteur.

Si aujourd’hui, internet et les galeries photo en ligne permettent aux agences de diffuser plus rapidement et plus simplement les books de leurs mannequins, le book-photo papier et ses copies ne disparaissent pas complètement comme en témoigne, pendant la période des collections haute couture, le balai des coursiers poussant sur des diables de lourdes piles de books.

Le composite : Un résumé de l'essentiel

Le composite, appelé compcard en anglais, est une carte de visite que le modèle peut laisser à l’issue d’un casting.

Il se présente sous la forme d’une plaquette commerciale cartonnée, imprimée recto-verso et pouvant compter entre 2 et 4 pages. De format A5, elle synthétise les informations essentielles concernant le mannequin. On y trouve ainsi ses mensurations, ses coordonnées ou celle de son agence et une sélection des meilleures photos de son book. Le composite est aussi très utilisé par les comédiens et comédiennes, très prisé par les agents, directeurs de casting et dans les bureaux de productions pour organiser facilement des castings.

Les autres books

Comme je l’ai dit plus haut presque tous les artistes ont besoin d’un book-photo et chacun a ses spécificités :

Le book de photographe : comme pour les mannequins, il doit présenter le meilleur du travail photo de l’artiste.
Le book d’agence : c’est la vitrine de l’agence. En général de taille imposante, il accueille tous les visiteurs.
Le book du comédien : il se caractérise par sa neutralité et pour cette raison, il est souvent réalisé en noir et blanc. Il doit en effet à la fois présenter le plus fidèlement possible le physique du comédien (le maquillage doit être par exemple extrêmement discret) et démontrer sa capacité à exprimer des émotions. Il peut être intéressant de l’accompagner d’une démo vidéo afin de faire la preuve, en situation, des capacités du comédien et de penser à l’impression d’un composite ou de quelques photos à laisser après une audition.

Un book-photo plus complet, comme celui demandé pour un mannequin, n’est nécessaire que pour les artistes exerçant la double activité de modèle et d’acteur.
Pour les figurants, trois photos suffisent : un portrait, un plan américain, une photo en pied.

LE BOOK PHOTO UN OUTIL DE TRAVAIL

Le book-photo, le portfolio, l'outil indispensable

Le book est un outil de communication absolument indispensable pour devenir comédien ou mannequin et exercer ce métier. En tant que photographe portraitiste la réalisation de votre book photo est un véritable plaisir pour moi, car au-delà de la prise de vue, il y a toujours une rencontre singulière entre deux personnalités artistiques.

Le book-photo, le press-book (ou portfolio) et le composite (comp-card en anglais) sont des outils de travail incontournables pour les mannequins mais aussi pour les comédiens, les graphistes et tous les artistes liés aux métiers de l’image.

Lors d’un casting, le book-photo sert à établir, par l’image, le caractère photogénique de votre physique et lors d’une audition, le book est le reflet de votre spécialité autant que de votre spécificité.

Il est donc important de maîtriser totalement ces différents instruments.

Un book ou un composite doit être constitué de bonnes images plutôt que de belles images, simplement esthétiques, qui peuvent même parfois aller à l’encontre de l’objectif recherché. En effet une bonne photo est une image qui met en valeur votre physique tout en mettant l’accent sur votre personnalité, votre charisme et tous ces petits détails qui vous différencient des autres.

Le book de multiples déclinaisons

De manière générique, physiquement  le book-photo se présente sous la forme d’un catalogue ou album photo, dans celui-ci sont regroupées au maximum les 20 plus belles photos réalisées par un mannequin ou un comédien ou autre artiste mais cela reste en général concernant l’objet en lui-même utilisé en grande majorité principalement par les mannequins et modèles. Les comédiens et autres artistes utiliseront plutôt d’autres formats tels que le composite. Les modèles doivent en effet présenter les books les plus complets mais, encore une fois, il en existe au sein de toutes les professions artistiques.

Traditionnellement de couleur noire et de format A4, il permet d’insérer les photos dans des feuillets transparents en polyester. Le système de reliure est quant à lui très varié et dépend des usages et des préférences : on distingue ainsi les books à anneaux, ceux à feuillets fixes, ceux, rechargeables, à spirale et enfin les books à vis.

En ce qui concerne son contenu, le book-photo se doit d’être la vitrine flamboyante des talents et des réalisations de son possesseur. Il contient non seulement les meilleures images de celui-ci mais aussi une copie de ses parutions éventuelles et de toutes ses références professionnelles (photos éditoriales, publicités…). Son but est clairement de séduire d’éventuels recruteurs ou de futurs clients.

Pour cela, il se doit non seulement d’être esthétiquement travaillé mais aussi intelligemment pensé afin de permettre de présenter synthétiquement un panel d’aptitudes. On peut donc y mélanger des photos prises en extérieur et des photos prises en studio, différentes ambiances et différents styles mais en veillant toujours, d’une part, à rester cohérent par rapport à la demande de l’agence ou du client et, d’autre part, à ce que chacun des clichés exprime un réel professionnalisme.

Cependant, selon l’expérience de son possesseur, son commanditaire ou encore sa finalité, un book-photo peut être désigné sous différents noms : « book starter », « book test », « book-photo » ou encore « press-book ». Quelles sont les différences entre toutes ces appellations ?

Le book-photo, un outil indispensable pour rentrer en agence ?

Répondre à cette question n’est pas facile. En effet, dans un secteur où le hasard d’une rencontre, dans la rue ou les couloirs du métro, peut offrir une opportunité que l’on ne soupçonnait pas, rien n’est indispensable. De plus, les bookers savent très rapidement évaluer le potentiel d’une personne même à partir de polaroïds. D’ailleurs, en règle générale, un CV artistique et quelques photos suffisent à postuler dans une agence. Malgré tout, pouvoir présenter un book-photo de qualité est un atout valorisant et cela pour deux raisons :

Parmi les dizaines d’autres candidats, c’est un excellent moyen de se démarquer et de faire la preuve de votre motivation autant que de vos qualités photogéniques.
Dans certaines agences, la présentation d’un book-photo de qualité peut être un critère de présélection.

Enfin, parce qu’il n’est jamais facile de se présenter pour un casting ou un rendez-vous potentiellement important, le book-photo permet aussi de donner à voir un potentiel qui peut être bridé par les circonstances (ou surévalué). En tant que photographe, j’ai déjà vu par exemple des personnalités se révéler de manière totalement inattendue lors d’un shooting et montrer, en studio, un charisme et une sensualité dont je n’avais eu que peu de preuve lors de la prise de contact.

Il y a trois catégories de professionnels qui seront amenés à feuilleter votre book-photo :

Les photographes : un book-photo est pour eux le moyen d’évaluer le potentiel d’un modèle et d’envisager les différents types de projets qu’ils pourraient lui proposer dans le cadre d’une collaboration.
Les agences de mannequinat : elles utilisent le book-photo comme un moyen d’évaluation et se servent des photos pour alimenter leurs fichiers ainsi que les présentations qu’elles font à leurs clients.
Les directeurs de casting : pour eux, le book-photo est un CV en image. Il leur sert à évaluer votre expérience.

LE FINANCEMENT D’UN BOOK-PHOTO

Un book-photo est-il gratuit ou payant ?

Voilà un sujet qui a déjà fait couler beaucoup d’encre et malheureusement aussi dire beaucoup de bêtises et de demi-vérités, même de la part de professionnels.

Un book-photo étant le fruit d’un travail qui se compte parfois en mois et le plus souvent en années, on ne peut pas dire qu’il s’achète ou qu’on l’acquiert au sens où l’on achèterai la reliure de cuir qui constitue sa couverture ou tout autre objet.

Le book-photo se construit au fil des séances photo et à travers des collaborations successives avec différents photographes. Il ne peut, j’insiste sur ce point, être réalisé par un seul photographe et en une seul séance. De ce point de vue, son coût dépend des modalités liées à chacune de ces collaborations.

Une autre croyance affirme aussi que les agences paient les books-photo de leurs mannequins. C’est faux, même si quelques exceptions confirment cette règle. En effet, s’il n’est pas rare que les agences avancent les frais liés à la réalisation d’un book-photo, c’est une sorte de prêt à tempérament et les mannequins doivent ensuite rembourser les frais engagés grâce à leurs cachets. Cependant, dans le cas malheureux où un modèle ne décroche aucun contrat, il est rare qu’il se voit réclamer le remboursement des sommes engagées pour lui et ce sont ces « comptes débiteurs », comme on les appelle, qui ont sans doute donné naissance à la rumeur.

Le book-photo un investissement

Lorsque l’on souhaite se lancer dans le métier de comédien, de mannequin ou dans toute autre carrière où le physique devient, en partie, un outil de travail, il est nécessaire d’investir dans un book-photo. C’est là un avis personnel et je précise qu’il n’engage que moi. Cependant, que vous soyez débutant, free-lance ou que vous souhaitiez intégrer une agence, il me paraît important de pouvoir se présenter avec un certain professionnalisme afin de faire bonne impression.

Pour cette raison, évitez de chercher des raccourcis ou des solutions à moindre coût. Un book-photo est clairement un investissement et il faut se méfier des propositions trop belles pour être vraies, évitez les photographes ou studio photo qui proposent des books pas cher ou de faire des photo pas cher souvent et même parfois faire des séances photo gratuites, c’est un piège… D’une part, les photos sont faites en extérieur à la « va vite » dans des lieux touristiques avec des photographes très peu expérimentés qui se rémunèrent sur les tirages vendus par les commerciaux au clients qui pensent faire unes séance photo gratuite mais se font piéger en achetant 20 euros un portrait. D’autre part certains grands studio photo (que je ne nommerai pas) ayant pignon sur rue, une bonne communication marketing, une très bonne visibilité internet grâce à leur boutique en ligne proposent de faire des books « à pas cher » ces studios font cela à la chaîne avec aucun égard pour les modèles…  Il faut choisir de préférence un photographe portrait, spécialiste du genre pour des portraits en studio ou en extérieur, il sera en général vous mettre à l’aise, vous rassurer, vous faire poser, vous conseiller et pour les meilleurs vous coacher et identifier votre potentiel.

De plus, choisir un photographe professionnel voir spécialisé vous permettra d’avoir un premier avis sur vos capacités et d’évaluer vos ambitions. En effet, effectuer des essais pour un budget de quelques centaines d’euros (selon vos moyens) sera non seulement une expérience enrichissante mais aussi un avant goût de ce à quoi vous vous destinez. Si ce n’est pas concluant, vous pourrez, à moindre frais, vous réorientez vers une autre carrière. Si, au contraire, c’est un réel potentiel qui se confirme, il vous faudra alors contacter deux ou trois autres professionnels afin de vous constituer un book-photo complet (aussi appelé portfolio).

N’en faites pas trop cependant en multipliant les supports. Le composite (voir après la typologie des books) en particulier est un résumé du book-photo et il est donc logiquement inutile de programmer un shooting photo pour le constituer. De plus, pour les débutants, c’est clairement une dépense superflue.

Combien coûte un book-photo ?

Il est important de comprendre qu’un book est un investissement car il parle pour vous et défend votre image autant que votre talent quand vous ne pouvez le faire en personne.

Cependant, avec internet, il est possible de trouver des prestations correspondant à tous les budgets. Le prix varie en général en fonction du photographe choisi, de sa notoriété ainsi que de la qualité du travail qu’il se propose d’effectuer. La localisation géographique peut aussi être un facteur à prendre en compte, une concurrence accrue ayant tendance à faire baisser les prix.

Dans tous les cas, un photographe compétent devra se montrer capable de vous guider tout au long de la séance photo en vous expliquant ce qu’il attend de vous et aussi en vous mettant à l’aise. Un shooting réussi est en effet une véritable collaboration artistique et ne se limite pas à un travail d’éclairage ou de cadrage. Il faut que le photographe et le modèle travaillent de concert et pour cela, le premier doit savoir guider le second, lui expliquer sa manière de travailler et lui montrer, à la manière d’un coach, quelles postures adopter et où placer le regard, la tête, les mains…

COMMENT RÉALISER SON BOOK ?

Un travail sur le long-terme

La réalisation d’un book-photo est un travail de longue haleine et on considère généralement qu’il faut une année de travail pour parvenir à une version quelque peu aboutie. Cependant rassurez-vous, cela ne veut pas dire que vous ne décrocherez pas de contrat avant.

Cela signifie simplement que c’est un outil de travail qui se forge avec le temps et non pas en un seul et unique shooting photo.

Pour commencer, il vous faut choisir un photographe dont le travail vous plaît et avec qui vous pensez pouvoir mener une collaboration fructueuse. Avec lui, vous réaliserez un « book starter » (voir après la typologie des books). Le but de ce book-photo est d’exprimer votre potentiel et votre capacité soit à prendre la pose si vous êtes mannequin, soit à incarner des émotions si vous êtes comédien. C’est avec ce premier book que vous pourrez commencer à démarcher des agents ou à vous présenter à des castings mannequin.

Ce book-photo sera aussi votre carte de visite pour aborder d’autres professionnels et leur proposer des collaborations (payantes ou non) en faisant des test-books et qui vous permettront d’alimenter efficacement votre book-photo. En effet, en collaborant avec différents photographes, vous pourrez explorer différentes facettes de votre personnalité mais aussi différentes ambiances, différents styles vestimentaires ainsi que différents maquillages et affirmer l’étendu de votre talent.

Enfin une partie de votre book-photo peut présenter les publications et les parutions qui constituent votre expérience et qui vont crédibiliser votre démarche.

Choisir le bon photographe

Que votre choix se porte sur la réalisation de photographies dans un décor extérieur ou sous les lumières des flashs d’un studio, l’essentiel est avant tout de bien choisir le photographe avec lequel vous allez collaborer.

Pour cela, n’hésitez pas, non seulement à lui poser des questions, mais aussi à effectuer quelques recherches simples : est-il bien inscrit en tant que photographe professionnel ? A-t-il un numéro de Siret ? Plus vous serez sûr de votre choix, plus votre collaboration sera confiante et fructueuse.

Pour la même raison, je vous conseille aussi de choisir non seulement un professionnel expérimenté mais aussi indépendant. Les propositions de studios spécialisés, qui offrent une séance gratuite mais cherchent ensuite à vous vendre à prix d’or les tirages issus du shooting, peuvent sembler tentantes mais sont très souvent inefficaces en plus d’être désagréables. On y photographie en général comme on met de l’eau en bouteille : à la chaîne et dans un environnement totalement aseptisé. Au contraire, un photographe aguerri sera vous mettre à l’aise et créer une ambiance de travail chaleureuse afin de faire ressortir le meilleur de vous-même au service de votre book-photo.

Le book-photo en ligne : bonne ou mauvaise idée ?

Bien que cette pratique n’ait pas toujours fait l’unanimité, le book-photo sur internet est incontestablement une solution à la fois économique et pratique : pas de frais d’impression ou de réimpression des photos lors des mises à jour et surtout une visibilité quasi-constante. En effet, avec internet, pas besoin de rendez-vous, ni même d’être au même endroit ou sur le même fuseau horaire ! Avec votre nom ou une recherche ciblée, vos photos ont une chance de ressortir et de taper dans l’œil d’un agent ou d’un directeur de casting.

Pour celles et ceux qui craignent de voir leurs photos les plus dénudées être volées et détournées de leur vocation première, je crois qu’internet a prouvé, depuis quelques années déjà, qu’il recelait des choses largement plus provocantes et par conséquent, plus intéressantes. Il serait donc dommage de se priver de cette ressource …

Attention cependant, même si c’est un moyen de promotion efficace, posséder son site internet n’est pas la garantie d’être repéré et les subtilités des référencements sont telles qu’il vaut mieux vous appuyer aussi sur les sites spécialisés et reconnus afin d’améliorer encore votre visibilité.

LE CONTENU D’UN BOOK PHOTO

Mode n’est pas beauté

La différence entre photos de mode et photos de beauté tient à leur finalité : les premières doivent permettre de vendre des vêtements ou des accessoires alors que les secondes servent à mettre en avant l’image de produits liés à l’univers de la cosmétique, de la beauté, du soin et du bien-être.

Quel doit être le contenu d’un book ?

En temps que photographe professionnel, je connais parfaitement l’utilité d’un book et donc le type de photos qui doit le constituer. Celles-ci doivent vous mettre en valeur en tant que modèle, montrer qui vous êtes, sans artifice superflu (un maquillage adapté) et avec un rendu final proche de ce que l’on peut voir dans les magazines. Pour cela, je réalise aussi des retouches en accord avec ce qui est demandé dans la publicité et par les lignes éditoriales.

Et le nu ?

Soyons clair, les photos de nu ne sont pas obligatoires. Cependant, selon les contrats et le type de produits à mettre en valeur, votre agence de mannequinat ou un client de celle-ci peut vous demander d’en réaliser.

Corps entier ou parties du corps ?

Le choix dépend du type de carrière que vous visez. L’important est que votre book soit en accord avec les ambitions que vous affichez. Cependant, si vous souhaitez travailler dans la haute couture, seules les photos de votre corps entier sont nécessaires pour mettre en avant l’adéquation de vos mensurations avec les exigences de ce secteur particulier de la mode.

La retouche, une étape importante

Parce qu’elle donne à une photographie un aspect professionnel, proche des publications auxquelles aspire un mannequin, la retouche est un élément essentiel dans la constitution d’un book starter et donc d’un book. En effet, un directeur artistique ou un booker pourra d’autant mieux apprécier le potentiel d’un candidat qu’il pourra facilement se projeter dans la réalité et reconnaître, dans les images proposées, les codes du milieu pour lequel il travaille.

Dans un book starter pas question pour autant de proposer des photos trop engagées artistiquement qui, en jouant par exemple sur un clair-obscur trop poussé, empêcheraient de distinguer tous les traits du visage du modèle. Pour la même raison, les retouches beauté qui lissent le visage de manière un peu trop exagérée, jusqu’à gommer les expressions d’un portrait, sont aussi à éviter. Il ne faut jamais oublier que le book-photo se veut avant tout être une vitrine de la réalité et pour l’y aider, la retouche photographique doit s’appliquer à mettre en avant deux choses : la clarté et la lisibilité.