Intégrer le monde du mannequinat est un rêve mais aussi, bien souvent, un parcours du combattant. Afin d’être le mieux préparé possible et d’être pris au sérieux dès les premiers castings, il faut mieux être très à l’aise avec le jargon du métier. Des mots tels que booker, new face, line-up ou encore call back et booking, vous sont totalement inconnus ? Pas de panique ! Voici pour vous, futurs mannequins, un lexique regroupant le vocabulaire courant et spécifique au domaine de la mode.

 

AGENCE ou AGENCE DE MANNEQUINS :

Une agence de mannequins est un établissement administratif spécialisé dans le domaine de la mode et dont le but est de recruter et de faire travailler des mannequins. Elle négocie pour eux leurs cachets et gagne de l’argent grâce aux commissions qu’elle perçoit sur les contrats des modèles qui lui sont affiliés. Les agences les mieux établies et qui jouissent d’une excellente notoriété travaillent même en collaboration directe avec les agences de publicité, les magazines de mode et les maisons de prêt-à-porter et de haute couture. Afin de garantir et de préserver l’excellence de leur service comme de leur réputation, elles vont même jusqu’à découvrir et former elles-mêmes les talents de demain en s’occupant de tout, du recrutement jusqu’à la réalisation de portfolios ou de bouts d’essai. Elles se chargent aussi d’organiser, dans les meilleures conditions, les meilleures collaborations avec des stylistes, des photographes et des publicitaires en vogue et certains modèles deviennent ainsi de véritables stars ou plutôt des top models.

Pour être reconnue comme une agence incontournable dans le domaine du mannequinat, il faut cependant satisfaire à certains critères indispensables :
. Être situé dans une des grandes capitales de la mode mondiale afin de pouvoir travailler pour les plus prestigieuses maisons de haute couture : Paris, Londres, Barcelone, Milan ou New York.
. Signer régulièrement des contrats de mannequinat avec les grandes marques du luxe : Chanel, Dior, Prada, Gucci Armani, Dolce&Gabbana, Calvin Klein…
. Être reconnu et respecté internationalement par les représentants du monde de la mode.

AGENT ARTISTIQUE :

Un agent artistique est avant tout un commercial qui prend en charge la carrière d’un mannequin. Il se charge d’en faire la promotion, de lui trouver des castings et de défendre les intérêts de son client notamment lors de l’établissement du contrat. Mais, ne vous y trompez pas, un bon argent artistique saura non seulement mobiliser à bon escient son réseau mais aussi rester à l’écoutede son client, de sa personnalité comme de ses attentes professionnelles.

BANDE DÉMO :

Aussi parfois appelée « showreel », la bande démo est une courte vidéo, en général deux ou trois minutes, qui à pour but de mettre en avant la qualité du jeu d’un comédien ou d’une comédienne mais aussi parfois une compétence particulière comme la maîtrise d’arts martiaux ou des qualités de chanteur ou de musicien. Cependant, si cet outil de communication et de promotion est très efficace, il peut aussi être à double tranchant. En effet, dans cet exercice difficile, pas de demi-mesure, on paraît soit très bon, soit très mauvais.

BEAUTY SHOOT :

Un « beauty shoot » est un cliché qui vise avant toute chose à mettre en avant la beauté des modèles et cela dans un but qui peut être soit artistique soit commercial. Certains mannequins sont d’ailleurs spécialisés dans ce genre de photographie car les morphologies des visages recherchées sont souvent très spécifiques. Pour ma part, j’ai beaucoup travaillé pour des campagnes mettant en avant le maquillage pour L’Oréal, Nocibé, Séphora mais aussi Tom Ford ou Armani.

 

BOOK ou PRESS BOOK :

Un « book » est un dossier relié qui a vocation à réunir et présenter le travail d’un mannequin de manière synthétique et à travers ses meilleures réalisations. On y trouve donc des photos de qualité professionnelle mais aussi les parutions de l’artiste et ses références professionnelles. Pour un comédien ou un mannequin, c’est un outil indispensable qui sera présenté lors des castings, voir permettra un engagement direct lors d’un booking direct. Il est donc très important de ne pas négliger sa réalisation et de faire appel à l’expertise d’un professionnel de la photographie. Oubliez les photos de vacances ! Ils’agit ici avant tout ici de prouver que vous êtes photogénique.

LE BOOKEUR ou BOOKER :

Collaborateur aux multiples missions, un « bookeur » occupe un poste clé au sein d’une agence de mannequins. Homme de l’ombre, c’est pourtant à lui que revient la responsabilité d’organiser et de suivre la carrière des mannequins dont il s’occupe. Souvent bilingue ou trilingue, il prospecte, promeut, négocie et assure l’établissement des plannings ainsi que le suivi des contrats. Souvent entouré d’une équipe, c’est auprès de lui qu’un client peut « booker » c’est-à-dire engager un mannequin.

BOOKING

: Le terme « booking » est polysémique mais désigne principalement l’objectif commercial d’une agence de mannequinat. Il peut aussi désigner selon le contexte:
. La pièce de travail des bookeurs.
. La table autour de laquelle les bookeurs se réunissent.
. L’équipe des bookeurs en elle-même.

BOOKING DIRECT ou DIRECT BOOKING :

Le « booking direct » représente sans doute le scénario d’engagement le plus confortable pour un mannequin. En effet, le client fait alors son choix directement sur photos et épargne au modèle l’épreuve du casting. Ce n’est pas toujours le cas mais parfois la vie est aussi simple qu’un « direct booking » !

BRIEF

: Le « brief » est un exposé précis et synthétique des attentes d’un directeur de casting. Il dispense les informations indispensables aux bookers pour qu’ils puissent proposer une sélection de modèles pertinente. En effet, si le « brief » précise que le client recherche un homme grand, athlétique, bronzé et glabre pour réaliser une publicité vantant les mérites d’une ligne de maillots de bain, ils pourront éliminer d’office les plus petits et les plus plantureux de leurs modèles puisqu’ils n’auront, de fait, aucune chance.

CABINE / LINE UP :

Ces termes désignent l’équipe de mannequins sélectionnée par une marque pour participer à son défilé.

CACHET :

Le cachet est la rémunération accordée aux artistes, modèles ou photographes, en contrepartie de sa performance. Cette somme, qui est négociée lors de la signature du contrat, varie selon la renommée des artistes mais aussi selon le lieu de la performance et les vêtements à porter.

CALLBACK :

Un photographe peut procéder à un « callback » quand, après un premier casting, il éprouve le besoin de revoir certains des candidats afin de préciser son choix final.

CALL TIME :

Ce terme désigne d’une part, de manière très pragmatique et selon une traduction littérale, l’heure à laquelle le modèle doit se présenter sur le lieu d’un shooting. Cependant, il désigne aussi le fait pour un mannequin d’être rappelé après que le client ait procédé à un premier casting. Il accède alors en quelque sorte à l’étape suivante.

CASTING :

Le « casting » est le processus au cours duquel un client ou une marque, par l’intermédiaire d’un casting director, prospecte pour trouver le mannequin qui représentera au mieux l’esprit de sa collection ou de son entreprise. Personnellement, je fais des castings presque tous les jours car sans casting, il est impossible d’être embauché.

CASTING DIRECTOR :

Le directeur de casting est la personne engagée par un client (une personne ou une marque) pour gérer l’organisation d’un casting. Il faut noter qu’il existe quelques différences de pratique selon les pays. Par exemple, en France, les directeurs de casting sont souvent des boîtes de production, en Italie, les marques se chargent en général elles-mêmes de cette mission et à Londres, les « casting directors » sont plutôt engagés en free-lance.

CATWALK :

Le terme « catwalk » désigne non seulement le podium sur lequel défile les modèles (notamment ceux de la fashion week) mais aussi la démarche féline que ceux-ci doivent adopter pour effectuer un aller-retour au sein de cet espace souvent étroit.

COLLAB OU COLLABORATION :

Une collaboration est un shooting qui ne donnera pas lieu à une transaction financière mais qui fonctionne selon le principe de l’échange d’expérience. Chaque partie (cela peut être un modèle et un photographe mais aussi, avec eux, un coiffeur, un maquilleur ou encore un styliste) travaille avec pour seule contrepartie l’exploitation par lui-même des images qui seront réalisées grâce au savoir-faire de chacun.

CHART :

Le « chart » est un inventaire écrit qui détaille tous les engagements du mannequin et fournit toutes les informations dont celui-ci à besoin afin de les honorer dans les meilleurs conditions (dates, lieux, noms et coordonnées des clients…).

COMMISSION :

La commission est un pourcentage prélevé sur le cachet du mannequin et qui sert à rémunérer l’agence qui le représente.

COMPOSITE :

Le composite, aussi appelé « comp card », est une véritable carte de visite en images. Il rassemble en effet toutes les informations essentielles concernant le mannequin sur un seul document : ses caractéristiques physiques (mensurations en unités françaises et anglaises), les coordonnées de son agence et quelques unes de ses meilleures photos. Laissé au directeur de casting, c’est un excellent de moyen de s’assurer de ne pas être oublié ! De ce point de vue, il est important de réaliser un travail de qualité (comme pour le book) et donc de recourir à l’expertise d’un photographe professionnel.

CONTRAT DE TRAVAIL :

Le contrat de travail, aussi appelé « voucher », est un document écrit qui est signé à la fois par l’artiste et par l’agence qui décide de le faire travailler. Obligatoire, il scelle un partenariat dont il détaille précisément les termes afin que les deux parties soient à l’abri des mauvaises surprises.

CONTRAT DE CESSION DE DROITS :

Ce type de contrat a pour objet de définir la durée et les conditions d’exploitation d’une image. De ce point de vue, il est essentiel qu’il définisse au minimum les éléments suivants:
.Le lieu du tournage ou du shooting.
.Le support de diffusion (impression, vidéo …).
.La durée de diffusion ou d’affichage.Ainsi, si vous découvrez en allumant votre poste de télévision que la publicité à laquelle vous avez collaboré et qui ne devait être diffusée que pendant six mois sur les écrans sud-américains se retrouve, un an après, sur les écrans français, votre recours sera aussi simple qu’efficace : faire valoir les clauses de votre contrat de cession de droits.

COUTURE :

Au sein d’une agence de mannequinat, le département dit « couture » est le service chargé de superviser les activités des mannequins qui travaillent pour des maisons de haute couture. Il s’occupe alors aussi bien des modèles engagés pour la réalisation des patronages d’une collection que de ceux qui défileront ensuite sur les podiums.

DIRECTEUR DE CASTING :

Le directeur de casting a pour rôle, dans un travail effectué en partenariat avec l’annonceur, de trouver des mannequins ou des comédiens qui satisfassent les critères et la vision exprimés par son client pour sa prochaine campagne publicitaire. Pour cela, il mobilise les agences de mannequins en leur envoyant un « brief », le plus précis possible. En réponse à cette demande, les bookeurs sélectionnent dans leur vivier les candidats disponibles les plus à même de répondre aux critères énoncés et les présente au casting. Il ne reste plus alors au directeur de casting qu’à faire son choix, une fois tous les entretiens réalisés.

DROITS D’UTILISATION :

Les droits d’utilisation sont la rémunération perçue par le mannequin en échange de l’exploitation de son image. Son montant dépend de la durée du contrat, de l’ampleur de la distribution, de la région concernée ainsi que du support privilégié.

ECOM :

Le terme « Ecom » désigne la réalisation de clichés diffusés sur Internet. Ce type de travail est généralement récurrent et les mannequins concernés sont donc bookés plusieurs fois par mois. Ces contrats ont l’avantage d’être synonymes de « money jobs », des engagements qui permettent, par leur régularité, d’assurer aux mannequins un salaire mensuel relativement stable.

EDITO ou EDITORIAL :

Un éditorial est un ensemble de photos destiné à être publié dans un magazine. C’est un véritable atout pour l’image et la popularité d’un mannequin.

ÊTRE BOOKÉ :

Cela signifie être sélectionné ou engagé par un client pour un projet.

 

 

FASHION WEEK :

La semaine de la mode ou « fashion week » est le nom utilisé pour désigner les semaines de l’année au cours desquelles se déroulent les défilés de toutes les grandes maisons de haute couture. Véritables évènements dans le monde de la mode, deux fois par an au début de chaque nouvelle saison commerciale (Automne-hiver et printemps-été), elles permettent la présentation officielle en grande pompe des nouvelles collections. Les plus importantes et les plus connues sont celles de Paris, Londres, Milan et New York.

FITTING :

Le « fitting » est une séance dédiée à l’essayage de vêtements par le mannequin afin que le créateur ou le styliste puisse y apporter les retouches nécessaires avant le défilé ou la séance photo.

GO SEE :

Pensé comme une conférence de presse, le « go see » est l’occasion pour une agence de présenter un ou plusieurs mannequins à d’autres professionnels du secteur (presse, publicitaires, directeurs de casting…). C’est aussi l’occasion pour les modèles débutants d’acquérir de l’expérience.

HEAD BOOK OU HEAD SHEET :

Utilisé par une agence pour faire de la promotion auprès de ses clients, le « head book » est le montage de plusieurs photos d’un même mannequin.

HEAD BOOKEUR :

C’est la personne responsable soit de l’ensemble du booking d’une agence, soit du booking d’un département en particulier (lingerie, couture, homme, femme…).

HAIR STYLIST :

C’est le professionnel chargé de coiffer le mannequin pendant le shooting.

HOLDING :

Les agences préférant parfois réserver leur modèle pour un contrat bien rémunéré quoiqu’incertain, d’autres photographes, souhaitant réserver le même modèle, sont ainsi mis en attente. Ce système peut d’ailleurs concerner plusieurs modèles sur la même période.

IMAGE :

Le département image est un service particulier au sein d’une agence de mannequinat qui ne gère que les modèles qui travaillent pour les maisons de haute couture. Cependant, ce service n’existe pas dans toutes les agences et il est même parfois bien difficile de savoir comment les mannequins seront répartis entre les sections « image », « mainboard » et « new face ».

IN-SHAPE :

Cette expression appartient au vocabulaire d’un directeur de casting ou d’un booker et permet d’apprécier à la fois si un mannequin a su conserver les même mensurations dans le temps et si ces dernières correspondent aux mensurations attendues d’un point de vue artistique afin de participer au projet. Le métier de mannequin consiste peu ou prou à tenter d’être le plus « in-shape » possible et à le rester.

LINE-UP :

Le « line-up » désigne l’ensemble des mannequins sélectionné pour participer à un défilé. On parle aussi parfois de la « cabine ».

MAINBOARD :

Catégorie courante dont se servent les agences pour répertorier leurs mannequins, le « mainboard » (littéralement « tableau principal ») présente l’ensemble des mannequins disponibles pour tous les types de projets (campagnes publicitaires, éditos, ecom, défilés …).

MAKE-UP ARTIST (MUA) :

C’est le professionnel chargé de maquiller les mannequins pendant une séance photo.

 

 

 

 

 

 

MANNEQUIN DÉTAIL :

Les mannequins détail est, comme tous les autres mannequins, un véritable modèles professionnels. En effet, avoir des mains délicates, de jolis doigts de pieds, des oreilles parfaitement proportionnées ou encore une bouche digne des plus envoûtantes actrices hollywoodiennes est sans aucun doute un atout de taille mais il faut aussi savoir poser, être à l’aise devant l’objectif, avoir une maîtrise parfaite de son corps ou encore savoir se mettre en valeur auprès d’un client potentiel. En résumé, être mannequin détail, ça ne s’improvise pas. En aucun cas.

 

 

 

MANNEQUIN CABINE :

Un mannequin cabine est un mannequin qui travaille pour les maisons de haute couture ou de prêt-à-porter lors de la phase de confection des vêtements car ces mannequins ont des mensurations que l’on considère comme parfaites et qui sont donc des mensurations de référence.

 

 

MENSURATIONS :

Les mensurations sont les mesures corporelles qui permettent de définir la silhouette du mannequin et, ensuite, de la comparer aux critères définis par les différents secteurs de la mode ainsi que par les attentes des clients. Par exemple, il est en général admis que la largeur au niveau des hanches ne doit pas dépasser 92 cm.

MONEY JOB :

Cette appellation regroupe tous les contrats concernant des projets à destination du grand public comme les campagnes publicitaires, les ecoms, les spots télévisés. Ils ont l’avantage d’offrir souvent une rémunération très intéressante grâce à l’application du droit à l’image.

MONEY MAKER :

Ce terme valorisant désigne, dans le milieu de la mode, un mannequin qui s’enrichit substantiellement grâce à son activité et dont la popularité va en grandissant.

MONTAGE COMPOSITE ou COMPOSITE :

Un composite fait office, pour un mannequin, de carte d’identité. Il rappelle des informations essentielles telles que son nom, ses mensurations et présente une sélection de ses plus belles photos. Il peut par exemple être un outil de communication lors des « go see ».

MOOD BOOK :

Le « mood book » est un outil informatif, souvent une simple fiche, qui présente les éléments à la fois techniques et créatifs qui interviendront au cours du shooting. Le photographe peut y faire figurer tous les éléments dont il juge nécessaire d’informer les modèles : les tenues à porter, les poses à adopter, quelques conseils et même des photographies pouvant servir de référence.

NEW FACE :

C’est ainsi que l’on désigne les mannequins débutants jusqu’à ce qu’ils aient accumulé assez d’expérience pour commencer à se faire un nom.

OPEN CALL :

Face à la difficulté d’attirer l’attention des agences de mannequinat souvent extrêmement occupées et tout autant sélectives, les journées « open call » peuvent constituer d’excellentes opportunités pour les aspirants mannequins. En effet, pendant ces journées (souvent en milieu de semaine), il est beaucoup plus facile de rencontrer un booker et même parfois un directeur d’agence et de poser une candidature. Si l’intérêt est mutuel, le rendez-vous sera alors suivi d’une séance photo et peut-être même d’une belle carrière …

 

OPTION :

Si, en tant que mannequin, on vous signifie que vous êtes « en option », n’allez surtout pas y voir un manque de respect ! Cette expression indique simplement qu’avant d’accepter un engagement, votre agence préfère prendre le temps d’obtenir votre accord concernant les conditions du shooting (lieu, dates, tarifs…). C’est une précaution nécessaire qui évite les mauvaises surprises et qui prouve même le sérieux et le professionnalisme de votre agent.

PACKAGE :

Préambule indispensable aux fameuses fashion weeks, un package est un ensemble de mannequins, sélectionnés par leur agence pour être proposés à des clients des secteurs de la haute couture et du prêt-à-porter.

PEOPLE :

Les mannequins classés dans la catégorie « people » sont des mannequins spécialisés dans la publicité. Leur qualification est en effet évaluée non seulement sur des critères physiques mais aussi sur leur capacité à être de bons comédiens.

POLAS :

Le « pola » ou polaroïd est un test effectué par les bookers et les directeurs de casting. Ils prennent les candidats en photo à l’aide d’un appareil polaroïd (c’est-à-dire instantané) afin de mesurer leur photogénie en lumière naturelle et sans maquillage. Effectué à intervalle régulier (environ tous les quatre mois), c’est un excellent moyen de montrer que le mannequin reste toujours in-shape.

PRINT :

Le département « print » d’une agence de mannequins est en charge de la gestion de tout ce qui touche de près ou de loin aux questions d’édition (traditionnellement, les imprimés mais désormais aussi tout ce qui circule en ligne). Ses missions sont assez diverses et varient en importance de la modeste série mode pour webzines aux grands éditoriaux de mode pour de célèbres magazines tirant à l’international.

RELEASE FORM :

Ce contrat, signé par le mannequin mais souvent négocié par les agences, accorde, pour des clichés, un droit de publication dont la durée peut varier de quelques semaines à une concession à perpétuité.

REQUEST :

Quand un client formule un « request », il demande alors à travailler avec un mannequin en particulier. Le modèle, qui en est informé, est alors souvent plus motivé à participer au casting.

ROYALTIES :

Ces rémunérations, que l’on appelle aussi les droits sur l’image, sont accordées au modèle en échange de l’utilisation de son image. Chaque pays possède cependant sa fiscalité spécifique. Ainsi, en Belgique, sur une somme de 1 000 euros perçue au titre des droits à l’image, seule la moitié de la somme est prise en compte dans le calcul des taxes (le reste étant considéré comme frais) et 15% sont précomptés. Au final, l’impôt est donc de 7,5%, soit 75 euros. En France, cette même taxe est de 33%.

SCOUT :

Le « scout » est employé par les agences afin de dénicher de nouveaux talents. Véritable chasseur de tête, il fréquente les lieux publics et distribue sa carte de visite en proposant des rendez-vous avec la structure qui l’emploie.

SHOW-ROOM :

Un « show-room » est un lieu d’exposition qui a été privatisé afin de permettre à un ou plusieurs créateurs de présenter leurs collections de mode à un public de professionnels du secteur (presse et potentiels acheteurs) sans risquer de se dévoiler aux yeux de la concurrence. Il existe des show-rooms permanents et des show-rooms éphémères comme lors des fashion weeks par exemple.

TALENT :

Le métier de mannequin est un rêve pour beaucoup mais il réserve aussi aux aspirants modèles de sévères désillusions. Nombreux sont ceux qui s’imaginent en effet que quelques photos prises pendant les vacances et remportant de nombreux suffrages sur les réseaux sociaux sont une raison suffisante pour déjà s’imaginer sur les podiums et les affiches. Et pourtant, cela ne saurait suffire. Être mannequin, ce n’est pas uniquement une question de physique ! C’est important bien sûr mais il faut aussi s’avoir poser, maîtriser son corps et ses attitudes, avoir une vraie personnalité, être à l’aise devant un objectif ou une caméra … Être mannequin, c’est un métier où il faut avoir non seulement de l’envie mais aussi cette petite étincelle indéfinissable qui est … le talent.

TANK TOP :

Un « tank top » est un débardeur doté de bretelles plus ou moins larges et qui permet, pendant les castings, d’évaluer la morphologie des mannequins.

TVC :

Dans la langue de Shakespeare, « TVC » signifie « TV Commercial » et désigne donc un spot publicitaire.

TEAR SHEET :

Le « tear sheet » est un book qui regroupe toutes les publications de magazine où le modèle apparaît. Simple compilation d’images, c’est avant tout la preuve de la réussite du mannequin et il l’accompagne donc dans tous ses déplacements.

TEST PHOTO ou PHOTO TEST :

Une séance de « test photo » est un shooting photo qui a pour but d’évaluer la photogénie d’un mannequin afin de le recruter, de l’engager ou de constituer une première ébauche pour son book. Effectuée à la demande et à la charge d’une agence ou d’un client, les frais engagés sont souvent remboursés sous la forme d’une commission lors des premiers contrats du mannequin.

TO PUSH :

Cette expression, qui signifie littéralement « pousser », est utilisée au sein d’une agence pour signifier la très grande confiance que celle-ci peut avoir en l’épanouissement d’un jeune talent. Le mannequin concerné est alors particulièrement entouré et encouragé.

VOUCHER :

Un « voucher » est un bon émis par une agence et qui donne le droit aux services qu’il détaille. Complété par le photographe, le styliste ou tout autre artiste missionné par le client, il précise en particulier le nombre d’heure pour lequel le mannequin est engagé.